Four Storeys
Ajouter à mes sélectionsTélécharger le PDF
 

Dans ce film constitué d'un seul plan séquence, le visage de Colleen envahit l'écran. Cette femme, dont Donigan Cumming fera l'année suivante la figure principale de Si seulement je, retrace en quelques phrases pudiques un parcours de vie où l'amour se révèle arme blanche et l'héroïne conduit à l'oubli de soi. La force de cette confession réside dans la quiétude de son énonciation. Ainsi exprimés, sans passion, sans colère, les faits semblent d'une logique effroyable et implacable. C'est avec une étonnante solennité que Colleen évoque ce qui l'a poussée à tenter le suicide. « J'étais pétrifiée », dit-elle à deux reprises pour justifier cette ultime intention de se détruire. Si seulement je révélera la paralysie dont cette femme souffre et donnera un sens nouveau à ce simple mot : pétrifiée. Réalisé dans l'optique d'une installation vidéo intitulée Moving Stills, Quatre étages induit un questionnement sur l'enregistrement documentaire d'un témoignage. L'effet de distanciation de ce chapitre contraste avec l'aspect brut de certaines des séquences diffusées simultanément. Cette confrontation de styles invite à une réflexion critique sur la forme des images qui nous sont proposées.

Yann-Olivier Wicht, Visions du réel, 2002

1999
Canada
3:02
Langue originale
Anglais
Sous-titres
Français

Partager

Facebook Twitter

Générique/Crédits

Réalisation
Donigan Cumming
Participation
Collen Faber
Production
Donigan Cumming

Informations techniques

Couleur
Couleur
Son
Stéréo
Mots clés
Voix, Récit, Femme, Relation

Suggestions