Ajouter à mes sélectionsTélécharger le PDF
 

Des fantômes hantent l’appartement d’un homme fraîchement débarqué à Montréal. Ce sont ceux des occupants précédents : des immigrants qui ne parlent ni anglais ni français, une vieille putain obsédée... Leurs histoires et celles de l'homme, de sa grand-mère, de son amant et de ses Prairies natales se confondent. Shimmer fourmille de trouvailles visuelles, comme ce plan où la caméra survole une courtepointe suggérant les Prairies.

1995
Canada
7:33
Langue originale
Anglais

Partager

Facebook Twitter

Générique/Crédits

Réalisation
Nelson Henricks
Montage
Michel Giroux
Son
Martin Hurtubise
Stéphane Claude
Production
Nelson Henricks

Informations techniques

Couleur
Noir et blanc
Couleur
Son
Stéréo
Autres langues
Français

Documentation

Informations complémentaires

«Shimmer (1995), également de Nelson Henricks, réunit des images de provenances diverses : paysages, objets, personnages. La bande sonore, envahie par un commentaire en voix off prononcé par le vidéaste, fait se croiser des histoires et des bribes autobiographiques. Il est question de lumière et d’obscurité, d’une histoire de fantômes, du souvenir de la grand-mère du vidéaste, d’un appartement hanté. Les images sont en parallèle avec le commentaire. Le dédoublement est là, dans le faux raccord qui naît de la simultanéité des deux flots. Il se dégage une sentiment de trouble, de fascination, qui révèle que raconter, regarder est toujours une histoire d’invisibilité; il y aurait dans ces expériences quelque chose qui échappe toujours au regard, à l’écoute. Chez Henricks, l’image, le réel ou l’identité ont un destin fantomatique et sont dans une relation de miroitement, «shimmering». Nelson Henricks est un vidéaste qui refuse de tout montrer, de tout dire. Il privilégie l’ellipse et suggère que les images naissent de ce mouvement entre visible et invisible que produit le texte sur ses images.»

Gingras, Nicole. « Faire rouler les mots dans sa bouche », Espaces intérieurs : le corps, la langue, les mots, la peau, Québec, Musée du Québec, 1999, p. 128.

Mots clés
Rêve, Onirisme, Sensualité, Poésie, Voyage