Reader by the Window
Ajouter à mes sélectionsTélécharger le PDF
 

Un environnement audiovisuel qui puise dans les archives vidéo de promenades tournées par l’artiste sur une période de six ans, à la campagne et à la ville, à Tokyo, Paris, Londres, dans le Sud de la France, en Ontario, à Terre-Neuve, en Nouvelle-Écosse et dans le Sud-Ouest américain. Reader by the Window explore cette expérience que nous connaissons : trouver du connu dans des endroits inconnus, faire face à l’étrange et au nouveau par les souvenirs. Il semble alors que la mémoire soit inexplicablement inscrite dans des lieux architecturaux jamais vus auparavant, que les limites de nos identités se fondent dans ce qui nous entoure et que l’étrange finisse par nous appartenir. Reader by the Window a d’abord été conçu comme une œuvre architecturale avec vidéo et son, et elle fait maintenant partie de la collection du Musée national des beaux-arts du Canada.

1993
Canada
15:52
Langue originale
Anglais

Partager

Facebook Twitter

Générique/Crédits

Réalisation
Jan Peacock
Voix
Loris Calizori
Jan Peacock
Christina Ritchie
Michèle Thériault
Musique
Brian Ales
Son
Brian Ales
Montage
Dennis Day
Caméra
Jan Peacock
Scénario
Jan Peacock
Production
Jan Peacock

Informations techniques

Couleur
Couleur
Son
Stéréo

Documentation

Informations complémentaires

«Avec sa dernière oeuvre, Reader by the Window, Jan Peacock poursuit son travail sur la mémoire amorcé avec Wallace + Theresa, Sirensong et Whitewash. Elle se penche sur notre manière d'apprivoiser petit à petit un lieu qui nous étais jusque là inconnu et d'apaiser le sentiment d'absence et d'égarement que l'on éprouve au moment où l'on y est confronté pour la première fois. L'artiste nous révèle la force d'évocation d'un lieu qui nous est étranger, ainsi que notre capacité à le transformer en site familier par le recours de souvenirs, aux images de lieux connus ou visités auparavant accumulées dans notre mémoire. Elle nous confronte alors au fait que notre présence dans un endroit donné est toujours conditionnelle à cette rétrospection et qu'il est impossible de percevoir un espace en dehors de toute réminiscence. Le monde devant nous se met donc à exister au moment même où nous découvrons qu'il n'est pas ce à quoi il nous fait penser [...]»

PERRAULT, Marie. «Se rappeler à soi-même», Oboro, Montréal, Canada

Images
Mots clés
Mémoire, Fragments, Onirisme, Voyage, Paysage